Non classé, Some News from Mars

Les Passeurs de Lumière – Tome 2 : extrait #2

Un nouvel extrait pour patienter, ça vous dis ?

*

« Il me faut patienter presque quarante-cinq minutes avant de découvrir l’objet de leur cachotterie. Tout le long du trajet, Serena, fidèle à elle-même ne peut s’empêcher de se plaindre de l’inconfort régnant dans le vieux véhicule de Charlie. Assise à l’arrière, j’avoue passer une bonne partie du temps à rire de la situation, mon ami me glissant régulièrement des petits regards amusés dans le rétroviseur central.
Entre deux plaintes, Serena prend tout de même le temps de m’expliquer comment fonctionne la base de données des âmes sur mon téléphone portable. Celle que Jared a utilisé lorsque nous avons libéré cette jeune femme suicidaire, pour savoir si son amant était bien de l’autre côté. Ce petit programme informatique s’avère être une véritable mine d’or pour les Passeurs. Je suis toujours aussi stupéfaite de découvrir la modernité avec laquelle ce côté du monde s’organise. Par la suite, elle m’indique également qu’en laissant la touche dièse appuyée, je peux contacter directement le QG pour des urgences. Ainsi, mon appel sera immédiatement localisé. Une information qui aurait pu m’être utile lors de l’accident de Jared…
Mieux vaut tard que jamais.
Une fois la vieille Fiat 500 garée, je reste sur ma faim en observant les alentours.
— Tu t’es perdu ?
— Non, me répond Charlie, l’œil malicieux.
Autour de nous, des bois, des prés, mais rien d’autre.
— On est en plein milieu de la pampa…
Charlie et Serena s’esclaffent en cœur. De mon côté, je ne vois pas où ils veulent en venir.
— Au lieu de vous moquer, tous les deux, pourriez-vous me dire où vous souhaitez en venir ?
Charlie reprend son sérieux.
— Allez tout le monde dehors, on a du pain sur la planche.
Toujours dans l’expectative, je descends du véhicule et observe l’horizon. Par la même occasion j’admire la transformation de Serena qui, pour une fois, a dû laisser au placard ses vêtements dernier cri et ses talons hauts perchés. Je la jalouse presque en constatant que même en tenue de sport, elle s’avère être magnifique. Après quelques minutes devant la petite Fiat rouge, je finis par m’impatienter, n’ayant aucune indication sur la suite des événements.
— On attend quoi exactement ?!
Un moteur lointain se fait rapidement entendre. Un Chrysler que je connais bien s’approche de nous via l’ultime route qui dessert cet endroit perdu.
Une fois le véhicule garé sur le bas de la chaussée, j’aperçois Marc qui nous rejoint, vêtu d’un débardeur et treillis militaire. Il nous salue, l’air sérieux comme à son habitude. De toute évidence ils comptent m’en faire baver.
— OK, je vous arrête tous ! Je ne suis pas sportive, je n’aime pas le sport, je déteste ça ! Et cela ne me sera d’aucune utilité demain !
Serena pouffe de rire, laissant néanmoins transparaître un soupçon de compassion pour moi.
— Je te rassure, on ne t’a pas préparé un marathon ! m’assure Charlie.
Je reste perplexe.
— On a fait mieux que ça… glisse Marc, un sourire presque sadique sur les lèvres.
Génial…»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s